Actualités

Assemblée plénière de «Diaconie Suisse», présentation d’Eurodiaconia

Mai 28, 2019 | Actualités, Actualités - Featured, Diaconie Suisse, Europe

La conférence « Diaconie Suisse » a tenu son assemblée plénière le 27 mai à Berne. Deux thèmes principaux ont occupé les délégués à l’assemblée : l’étude sur la diaconie et le diaconat dans les Églises membres alémaniques de la Fédération des Églises protestantes de Suisse et la présentation du réseau Eurodiaconia par sa secrétaire générale, Heather Roy.

« Diaconie Suisse » est membre d’Eurodiaconia depuis le début de cette année. Eurodiaconia est l’association faîtière européenne des institutions diaconales. Elle compte des membres – Églises et institutions – dans plus de 33 pays en Europe. Plus de 30 000 services diaconaux avec un million d’employé-e-s et un million de bénévoles font ainsi partie de ce vaste réseau qui s’étend de l’Islande à l’Arménie. « Les problèmes sociaux ne s’arrêtent pas aux frontières nationales », a déclaré Esther Gaillard, et « toute mesure favorisant la prise de conscience que nous ne pouvons pas répondre aux défis sociaux tout seuls mais qu’il faut collaborer par-delà les frontières me semble digne d’être soutenue », souligna-t-elle dans son allocution de bienvenue de la part du Conseil de la FEPS.

Dans son exposé, Heather Roy qui venait de Bruxelles où se trouvent les bureaux d’Eurodiaconia et ses onze collaboratrices et collaborateurs, a souligné en particulier les aspects suivants :

La diaconie est un secteur en croissance, contrairement à d’autres et ensemble, nous représentons une vraie force, ce que beaucoup ignorent. Chaque pays a certes ses propres défis à assumer – la Grèce est par exemple confrontée de manière aigue au problème des migrants mineurs non accompagnés, la République tchèque à la difficulté de trouver du personnel qualifié, le secteur social n’étant pas considéré comme un champ d’activité attractif – mais certains enjeux nous concernent tous. Ensemble, nous pouvons nous battre pour réaménager l’équilibre entre enjeux économiques et enjeux sociaux, qui passent toujours traités au second plan aujourd’hui. « Nous devons rendre plus visible ce que nous faisons », déclare la secrétaire générale, « nous travaillons tous les jours auprès des gens et savons où sont les besoins sociaux, nous devons trouver le moyen de dire ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons ». « Nous devons aussi nous demander comment conserver notre identité chrétienne dans une société qui se méfie des étiquettes religieuses ».

Au lendemain des élections au Parlement de l’Union européenne, Heather Roy a évoqué les courants radicaux d’extrême-droite qui se propagent en Europe. Beaucoup d’Européens craignent la perte de leur identité et ont l’impression que tout est devenu trop grand et que leurs autorités sont très éloignées. Elle évoque le besoin croissant, dans les sociétés européennes de « punir » certains groupes de population pour leurs « faiblesses » : pourquoi vous soucier des Roms, des migrants ou des chômeurs de longue date, ils devraient être capables de se prendre en charge eux-mêmes, lui demande-t-on parfois.

« Le fondement chrétien d’Eurodiaconia nous empêche de considérer les hommes et les femmes comme des facteurs de coûts ou en fonction de leur seule contribution économique à la société ». La justice sociale doit aussi inclure les pauvres et les exclus : « Chaque personne a une valeur intrinsèque donnée par Dieu ». Les membres d’Eurodiaconia se retrouvent dans cette vision mais ils ne sont pas forcément tous rattachés à une Église.

Concrètement, Eurodiaconia organise des visites de travail auprès de spécialistes, publie des dossiers sur des thèmes transversaux, contribue à développer des partenariats entre ses membres. Elle publie toutes les deux semaines une lettre d’information.

Diaconie et diaconat dans les Églises alémaniques

L’étude « Diakonie und Diakonat in den Kantonalkirchen », récemment publiée, fut à l’ordre du jour de la première partie de l’assemblée plénière. Des profils professionnels différents pour les collaboratrices et les collaborateurs de la diaconie sociale ont débouché sur des compréhensions variables de la fonction ou du ministère. La relève, par ailleurs, est difficile à assurer. Les membres de l’assemblée plénière ont discuté l’attitude à adopter face à cette diversité : laisser-aller (« la diversité est tellement suisse »), prendre des mesures pour standardiser en particulier le profil professionnel (cela donnera plus de visibilité au secteur et renforcera l’attractivité de la profession) ou une voie intermédiaire (recherche l’unité là où c’est possible, garder les différences là où cela fait sens). Les résultats de la discussion en petits groupes feront l’objet d’un rapport qui sera présenté à la prochaine assemblée plénière, en novembre 2019.

 

 

Heather Roy, secrétaire générale d’Eurodiaconia

Documents/Liens