Actualités

Caritas invite le nouveau Parlement à prendre des mesures contre la pauvreté des enfants

Déc 9, 2019 | Actualités, Enfants, familles, Pauvreté, Politique sociale

Comment est-ce possible qu’en Suisse, des enfants soient pauvres ? Le coût élevé de l’entretien des enfants, des parents touchant un revenu modeste, l’absence de possibilités de concilier vie de famille et vie professionnelle, aucune assurance en cas de divorce, tous ces facteurs contribuent à la pauvreté des enfants. De plus, l’État n’investit pas assez — moins que la moyenne européenne — pour les enfants et les familles. Pour toutes ces raisons, il faut que la politique s’attaque à la pauvreté des enfants.

« Il est intolérable que le développement des enfants pâtisse de l’insuffisance des revenus de leurs parents, ni que ces enfants soient sanctionnés à cause de la situation familiale dans laquelle ils grandissent », selon Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse. L’œuvre d’entraide juge inacceptable que la Confédération ne s’implique pas dans la lutte contre la pauvreté et en délègue la responsabilité aux cantons.

Les familles n’appartiennent pas à l’aide sociale. Caritas demande donc que les prestations complémentaires (PC) pour familles soient introduites dans tout le pays. Quatre cantons (Genève, Vaud, le Tessin et Soleure) appliquent déjà ce genre de prestations. Leur expérience prouve que ces PC sont efficaces pour lutter contre la pauvreté des familles et des enfants. Il faut donc :

  • que la Confédération crée une loi-cadre permettant d’introduire partout en Suisse les prestations complémentaires pour familles et participe financièrement
  • que les cantons apportent des contributions financières supplémentaires et veillent à ce que ces services soient durables.
  • que le nouveau Parlement prononce un OUI clair en faveur d’une politique familiale efficace pour tous.