Actualités

Le souverain bernois refuse de diminuer les montants de l’aide sociale

Mai 21, 2019 | Actualités, Actualités - Featured, Politique sociale

Le 18 mai 2019, les citoyennes et les citoyens du canton de Berne ont refusé de diminuer le forfait pour l’entretien des bénéficiaires de l’aide sociale. Cette décision est accueillie avec satisfaction par les acteurs de la branche qui craignaient qu’un éventuel OUI bernois fasse école dans d’autres cantons.

Le refus à 52,6% de la révision de la loi sur l’aide sociale qui prévoyait une diminution de 8 à 30% du montant accordé par l’aide sociale témoigne de l’attachement à la solidarité sociale exprimée dans la Constitution fédérale, qui veut que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres. Même dans un canton majoritairement bourgeois, l’argument selon lequel cette baisse inciterait les bénéficiaires à s’intégrer plus rapidement dans le marché du travail n’a pas convaincu. La population réalise probablement que les personnes peu qualifiées, dans leur majorité, ne trouvent tout simplement pas de travail car le marché offre trop peu d’emplois adaptés.

Les trois Églises cantonales bernoises et les communautés juives de Berne et Bienne s’étaient exprimées ensemble contre une révision qui « ébranle le système de sécurité sociale et entraînera à long terme des coûts plus élevés pour l’aide sociale », selon les Églises.

Le projet populaire, qui prévoyait des mesures en faveur des chômeurs de longue durée âgés et la promotion de la formation continue, a aussi été rejeté. Le problème des personnes de plus de 55 ans sans emploi est une importante préoccupation pour laquelle il faudra chercher des solutions communes au niveau fédéral. La Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS) a fait une proposition à ce sujet.

Avenir Social, association professionnelle suisse du travail social, se dit satisfaite car « le rejet de cette révision a permis d’éviter le pire. Nous ne pouvons cependant pas nous reposer sur ce succès partiel, comme le témoignent les interventions déposées dans les cantons d’Argovie ou de Bâle-Campagne pour des réductions drastiques du même genre ».